août 18, 2010

Les Français plébiscitent les dispositions de lutte contre l’insécurité annoncées cette semaine par Nicolas Sarkozy, malgré l’indignation de la gauche, de la classe intellectuelle et des médias. Une nouvelle preuve de la déconnections flagrante entre les Français et ces pseudos-élites.

Les temps changent. La révolte gronde. Les Français ne se laissent plus dicter leur façon de penser par les éditos moralisateurs du Monde ou les tribunes de BHL. Au fil du temps, les ficelles de la pensée « politiquement correcte » de cette petite coterie parisienne ne prennent plus.

Malgré les discours enflammés des médias et de la gauche, les Français veulent tout simplement vivre en sécurité. Sans risquer de se faire agresser pour un oui ou un non par des sauvageons décérébrés. Et tant pis si pour la gauche caviar, cela veut dire qu’on est raciste, qu’on stigmatise ou qu’on amalgame ! Les chiffres du dernier sondage du Figaro sont sans appel.

Rarement les Français n’auront été aussi nombreux à soutenir des dispositions gouvernementales. 80% des sondés sont favorables au retrait de la nationalité pour les tueurs de flics, les polygames et les coupables d’excision ! Les résultats parmi les sympathisants de gauche sont hallucinants : 62% de soutien ! Les autres chiffres donnent le même vertige et illustrent le fossé abyssal entre ce que nous serinent depuis une semaine les journaux et le ressenti de la population. 79% des sondés se disent pour le démantèlement des camps illégaux Roms ! 67% demandent plus de vidéo-surveillance ! 80% pour une peine incompressible de 30 ans de prisons pour les meurtriers de policiers !

Nicolas Sarkozy est évidemment en phase avec l’opinion parce qu’il propose enfin des solutions concrètes pour lutter contre ce fléau qui pourrit la vie des Français. L’intelligentsia de gauche peut se voiler les yeux tant qu’elle veut, mais la réalité est ce qu’elle est : des voyous prennent le contrôle de Grenoble, attaquent une gendarmerie, tirent à balles réelles sur les forces de l’ordre. Des jeunes filles se font violer en pleine journée dans un lieu public. Dans quel autre pays que la France la situation sécuritaire est à ce point dégradée. Il ne s’agit pas de faire le jeu du FN, mais de faire tomber un tabou qui pollue notre débat public depuis 20 ans. Et qui fait justement le jeu de l’extrême-droite.

Publicités
Catégories :DERNIERES NOUVELLES
%d blogueurs aiment cette page :