Libération hait toujours la France laïque, mais adore l’islam et son ramadan

Ce ne sont pas moins de quatre pages (couverture non comprise) en une, que le quotidien Libération du 10 août 2010 a consacré à la pratique du ramadan. Pas de quoi tirer de sa torpeur estivale le moindre lecteur un tant soit peu au courant de la véritable nature de ce quotidien, financé par Rotschild, et qui depuis une dizaine d’années, ne cesse de perdre des lecteurs. Cela fait bien longtemps que ce journal prétendument de gauche a délaissé les luttes sociales et les préoccupations du Français moyen pour la promotion du nouvel opium du peuple, l’islam.

Car c’est bien d’opium du peuple dont il s’agit si l’on en croit le titre en page 2 : « La France fait place au jeûne ». Oui, c’est bien la France qui doit encore et toujours s’adapter aux particularismes à condition qu’ils viennent d’ailleurs. « Petit à petit, la société s’adapte à cette pratique » est-il noté. Mais alors, si la société française s’adapte à cette pratique minoritaire, cela signifie-t-il que les récurrentes accusations de racisme portées contre cette même société ne sont pas fondées ? Bien sûr que non, ce serait mal connaître Libé que de penser cela. Si ce journal se réjouit que le ramadan soit de plus en plus accepté, cela ne saurait suffire.

A cet égard, l’éditorial de François Sergent est un modèle du genre. Il chante les louanges de l’islam « religion vivante et vibrante » (les autres ne le sont donc pas ?), se félicite que le ramadan soit de plus en plus suivi par les musulmans, mais se plaint dans le même temps que des difficultés subsistent, et que l’islam ait encore du mal à trouver sa place (sic) même si les collectivités locales et les entreprises tentent de s’adapter à cette pratique religieuse. Il confirme au passage qu’il est bien du devoir des services publics et des employeurs publics ou privés de s’adapter aux prescriptions de l’islam. Bien sûr, si discrimination il y a, elle ne peut venir des musulmans dont la pratique du ramadan est « de plus en plus ouverte ».

Elle vient de la société d’accueil et de ses dirigeants, Sarkozy et Hortefeux en tête qui n’ont de cesse d’exclure et de « stigmatiser » en prenant le fallacieux prétexte de pratiques marginales comme la polygamie ou l’excision. Marginale, la polygamie ? On se demande sur quelle planète (ou dans quel quartier) vit M. Sergent. Ce dernier déplore en outre « l’image de la France, mise à mal par les exclusions présidentielles […] que ce soit aux Etats-Unis ou dans le reste du monde ». M. Sergent, l’image de la France dont vous semblez tant vous soucier, n’a-t-elle pas déjà été mise à mal par les émeutes, les pillages, les incendies de voiture dans les banlieues, les drapeaux tricolores brûlés, la Marseillaise sifflée, les rappeurs qui « niquent la France » ? Je sais d’avance ce que vous me répondrez : cela n’a que peu d’importance au fond, ce qui compte, c’est le « vivre ensemble » dans une société riche de ses cultures plurielles. C’est cette image là qui doit prévaloir pour le reste du monde et l’islam contribue grandement à embellir la France grâce à ses traditions. Mais au fait, puisque vous aimez tant les traditions religieuses, pourquoi ne pas consacrer quelques pages au carême chrétien ? Ah, j’oubliais, vous vouez aux gémonies ces rites archaïques et hautement réactionnaires, vestiges d’un fondamentalisme religieux qui ne sauraient persister au XXIème siècle !

C’est là qu’on touche au sublime dans le dossier de Libération. En effet, un article (p. 4), est intitulé « Un rite identitaire de plus en plus populaire ». L’on y apprend que les musulmans sont de plus en plus nombreux à suivre le ramadan (70% en 2007 contre 60% il y a vingt ans). Mais surtout, que le jeûne du ramadan relève d’une « signification intensément identitaire », dont l’intensité pourrait se renforcer après les débats sur l’identité nationale, les minarets ou le voile intégral. Tout d’abord, l’on s’étonnera que les journalistes de Libération qui n’ont en général pas de mots assez durs pour fustiger l’affirmation d’une identité nationale, forcément pétainiste, sans même parler de l’apéro saucisson-pinard, célèbrent avec un tel enthousiasme l’affirmation d’une identité religieuse.

Allons donc, ne mélangeons pas les torchons et les voiles ! Le ramadan est une pratique ouverte et généreuse, à l’image de l’islam. Les responsables musulmans n’hésitent d’ailleurs pas à convier au repas de rupture du jeûne, des responsables politiques, associatifs et religieux non musulmans. Quelle grandeur d’âme ! Tandis que l’identité nationale privée de l’apport de l’immigration et des cultures extra-européennes ne peut être que rabougrie, repliée sur elle-même et foncièrement intolérante. Ensuite, l’on relève que les débats sur l’identé nationale ou le voile intégral pourraient favoriser l’expansion de la pratique du ramadan. Que les Français ne se plaignent donc pas, ils méritent ce qui leur est arrivé. A force de vouloir que la France reste la France, ils ont exacerbé les revendications identitaires.

Car la France est multiculturelle, c’est cela son identité. Elle doit cesser d’être à majorité blanche et chrétienne et renier sa laïcité pour faire davantage de place aux nouveaux venus. Leur contester la moindre revendication serait faire preuve de xénophobie et/ou de racisme. La discrimination ne peut être de leur fait, elle vient obligatoirement des Français qui refusent la flexibilité qu’on veut à tout prix leur imposer. Les centres de loisirs qui refusent l’inscription d’enfants qui ne s’alimentent pas ? Discrimination ! Les employeurs qui refusent d’aménager les conditions de travail ? Discrimination encore ! Les centres sportifs qui ne peuvent pas assurer la sécurité des jeunes gens qui ne boivent ni ne mangent de la journée ? Discrimination vous dis-je ! Les problèmes viennent donc du manque de souplesse de l’identité française et de son refus caractérisé de s’ouvrir à l’Autre.

D’autant plus que l’islam représente une chance à ne pas manquer pour notre économie vacillante en ces temps de crise. En effet, la consommation halal pèse quatre fois plus que le bio selon Florence Bergeaud-Blackler, sociologue et interrogée par Libé. Là, il ne s’agit plus de traditions, mais de marketing. L’islam ne dédaigne pas de faire du profit par le biais de la marchandisation de ses rites, ce qui ne manque pas de mettre à mal le cliché éculé de la « religion des pauvres ». On le savait déjà grâce à la promotion de la finance islamique. La floraison un peu partout en France de panneaux publicitaires vantant les produits halal contribuera, espérons-le, à déciller les yeux des bien-pensants qui ne veulent toujours rien voir.

La grande distribution cible donc les quelques 5 millions de musulmans en leur proposant des produits halal, mais sans pouvoir garantir une certification halal fiable, ni communiquer efficacement sur le sujet. Car notre éminente sociologue, tout en affirmant que « l’islam est désormais une réalité française », ne peut s’empêcher de céder à la tentation de la victimisation. Et de déplorer « la communication post-coloniale un peu désuète » de certaines marques ou bien les risques que prennent certaines enseignes « dans l’engrenage d’un discours laïc offensif, ou d’accusation de groupes d’extrême-droite pour qui la montée du halal est le signe d’une islamisation rampante ». La colonisation a beau ne plus être une réalité depuis bien longtemps, il faut quand même bien qu’on l’agite de temps en temps comme un épouvantail pour que le peuple de France n’oublie jamais ses crimes passés. Peu importe qu’elle soit consignée dans les livres d’histoire, le rappel de ses innombrables méfaits reste toujours d’actualité et permet d’expliquer les odieuses discriminations que subissent toujours les descendants des anciens colonisés. Quant au « discours laïc offensif », la dame n’a décidément pas peur du ridicule.

Comment pourrait-elle ne pas être offensive, notre pauvre laïcité, quand on voit les attaques qu’elle subit régulièrement ? Quand on viole ses principes y compris par ceux qui sont chargés de les faire respecter ? Lorsque l’on réclame, au nom du droit à la différence, sans cesse plus d’accomodements raisonnables ? Lorsque l’on interdit, au nom de la liberté de culte, la libre circulation dans les rues envahies par les tapis de prières ? Bien évidemment, seule l’extrême-droite peut s’inquiéter de la montée d’une « islamisation rampante ». Eh bien non, Madame Bergeaud-Blackler, de plus en plus de citoyens, qu’ils soient de gauche, de droite ou sans étiquette partisane, s’inquiètent à juste titre de cette montée des revendications islamistes. Mais il faut bien diaboliser tous ceux qui osent émettre la moindre critique sur ce phénomène, n’est-ce pas ? Elle remarque en outre que « le halal est le produit d’une ascension sociale et culturelle combinée à une stagnation économique due à des pratiques d’exclusion que les générations issues de l’immigration continuent de subir ». La prospérité que traduit l’essor des produits halal serait donc contrebalancée par l’exclusion économique des immigrés. La distinguée sociologue ne se lasse décidément pas de l’éternel discours compassionnel, qui excuse et explique tout, tout en se réjouissant par ailleurs de la visibilité accrue des rites islamiques en France. Elle réussit en outre un véritable tour de force en faisant cohabiter dans la même phrase l’ « ascension sociale » et la « stagnation économique ». Toutefois, sa compassion ne s’étend pas aux non-musulmans, à qui l’on impose de plus en plus des coutumes dont ils ne veulent pas, dans leurs supermarchés, leurs cantines ou leurs commerces de proximité.

Alors non, il n’y a là rien d’étonnant au pays merveilleux de Libération. L’on se souvient de l’éditorial haineux de Serge July au lendemain de la victoire du « non » au référendum du 29 mai 2005, où ce monsieur vomissait sa détestation de la France et de ses habitants. Nous avons maintenant un véritable chant d’amour adressé aux musulmans pratiquants, mais la haine de la France qui veut rester ce qu’elle est, est toujours aussi présente et vivace

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :